On the road again...

Il fait beau, le ciel est bleu, le temps est bon et il y a dans l’air comme une odeur de crème solaire et de monoï. En un mot, ce sont les vacances d’été. Et quoi de mieux en été que de partir à l’aventure ! 

S’il y a un genre cinématographique qui représente bien cette soif d’inconnu et de liberté, c’est le road movie 

Le road movie est un genre qui apparaît dans les années 60 et qui nous vient tout droit des États-Unis. Rien de bien étonnant quand on connaît leur amour pour les grandes étendues parsemées de grandes routes mythiques. Le premier road movie serait Easy Rider de Dennis Hopper. On y suit l’histoire de deux jeunes motards, Wyatt et Billy, qui décident de quitter Los Angeles pour aller au Carnaval de la Nouvelle-Orléans. 

 

 

En France, c’est Jean-Luc Godard qui nous offre le premier film du genre. Avec Pierrot Le Fou et la cavale endiablée de Ferdinand et Marianne. Les amants traversent la France pour se rendre vers le sud, n’emportant avec eux que quelques objets, que nous avons d’ailleurs choisi de représenter sur notre affiche. 

 

 

Dans Paris, Texas de Wim Wenders, c’est un drame familial qui se trace sur la route. Un père et son fils, à la recherche d’une mère. Un hôtel et une voiture. Notre série d’affiche autour de ce film raconte d’ailleurs les trois moments d’un voyage : l’aube qui annonce la journée, le coucher du soleil, qui annonce la transition avec la nuit, moment mystérieux où tout semble permis.

 

 

Bref, le road movie représente ces grands moments d’errances, mais aussi ces aventures qui jalonnent souvent l’été, ces décisions prisent au dernier moment de partir entre amis ou en amoureux. C’est un genre plutôt feel good qui donne envie de prendre l’air et qui a su à de nombreuses reprises nous inspirer chez PLAKAT.